Remerciements

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) tient à remercier tous ses collaborateurs pour leur contribution à la promotion des activités de l’Office en 2018.

L’OCPM profite également de l’occasion pour remercier les groupes, organismes, citoyens, fonctionnaires et promoteurs qui ont participé aux diverses consultations publiques.

Les séances de consultation publique tenues par l’Office ont connu un franc succès grâce à l’engagement de tous les employés, professionnels, cadres et élus des arrondissements et des services centraux qui ont apporté leur aide et expertise pour assister les citoyens et les commissaires dans la compréhension des projets et des enjeux.

Sans la bonne volonté de tous, les consultations publiques de l’OCPM n’auraient pas atteint leur objectif premier de transmettre l’information et les données pertinentes sur les divers projets aux Montréalaises et aux Montréalais, en vue de recueillir leurs opinions et leurs commentaires.

Message de la présidente

Montréal affiche une vitalité démocratique qui connaît une croissance continue. Plusieurs expériences, menées tant par l’Office que par d’autres acteurs en témoignent. L’intérêt grandissant du public pour l’intégration d’éléments de démocratie participative aux outils de gouvernance, la popularisation de diverses méthodes de contribution en ligne, ainsi que l’appropriation citoyenne de dispositifs comme le droit d’initiative prévu à la Charte montréalaise des droits et responsabilités, ne sont que quelques indicateurs de cet essor. La population s’attend de plus en plus à être mise à contribution dans la définition des transformations qui affectent son milieu de vie. Dans le même ordre d’idées, l’administration municipale, que ce soit la classe politique ou la fonction publique, semble de plus en plus sensible à la contribution des citoyens aux affaires de la ville. On voit se multiplier les appels à la contribution citoyenne.

Parmi les mécanismes de prise de parole citoyenne, la consultation publique indépendante occupe une place enviable. Grâce à sa réputation d’institution neutre et indépendante, à l’écoute de l’ensemble des parties intéressées par les projets d’aménagement sous examen public, l’Office continue de bénéficier d’une confiance accrue des citoyens et des élus sur des enjeux montréalais majeurs. Le grand nombre de dossiers qui nous ont été confiés et les nombres records de participations constatés depuis quelques années en sont la preuve.

Mais, au-delà de ces beaux succès, l’année qui vient de s’achever semble annonciatrice d’une nouvelle étape importante du développement de l’Office qui aura des incidences déterminantes sur l’organisation.

Prendre acte de l’évolution des mandats et des façons de faire de l’Office

En plus d’un accroissement du nombre de mandats durant la dernière année, on a pu constater également un changement significatif dans la nature des mandats qui nous sont confiés. Alors que dans ses premières années d’existence, l’Office intervenait surtout sur des projets immobiliers. Il se voit maintenant confier de plus en plus de mandats de planification du territoire ou de politiques publiques qui se situent en amont de toute décision et qui visent à dégager des besoins, une vision et des orientations. Ce type de consultation demande de mettre en place des dispositifs nettement plus complexes que de simples sessions d’information suivies d’auditions de mémoires. Elles requièrent plus de ressources et plus de temps, puisqu’il faut souvent, en l’absence de projet concret, déployer un arsenal d’outils pour en expliquer les enjeux, pour faire émerger des consensus et pour faire participer les gens en allant à leur rencontre dans leur milieu de vie.

Dans ses premières années d’existence, l’Office intervenait surtout sur des projets immobiliers. Il se voit maintenant confier de plus en plus de mandats de planification du territoire ou de politiques publiques qui se situent en amont de toute décision et qui visent à dégager des besoins, une vision et des orientations.

De plus, l’expérience aidant, l’Office se rend compte que la documentation accompagnant ce type de mandat est souvent incomplète. Pour que ces exercices puissent être pleinement productifs et qu’ils permettent de dégager des propositions constructives, un important chantier de réflexion s’impose, tant pour déterminer le type de documentation minimale qui doit les accompagner que pour s’assurer que l’exercice de consultation lui-même arrive au bon moment dans la chaine de décision.

On ne saurait passer sous silence les changements intrinsèques à l’évolution des technologies qui nous amènent à avoir de plus en plus recours aux espaces virtuels pour visualiser des projets, initier des débats, prendre le pouls de la population sur des sujets spécifiques. Une bonne partie de la croissance de la participation constatée cette année est due à ces phénomènes. Mais, il faut également reconnaître du même souffle que la participation en virtuel fait aussi croître la participation en présentiel. Le nombre de participants aux séances d’information et le nombre moyen d’opinions présentées aux commissions sont aussi en forte croissance depuis l’avènement du virtuel dans l’espace de consultation.

Déjà, lors de l’événement Wikicité initié par l’OCPM en collaboration avec le Bureau d’audience publique en environnement en 2014, nous avions entrevu le potentiel du numérique pour favoriser l’information d’un plus large public. Il nous était toutefois plus difficile, alors, de déterminer les éléments nécessaires à un bon débat public au moyen du numérique. Quatre ans plus tard, les diverses expérimentations que nous avons menées ont eu pour effet de redéfinir la répartition traditionnelle des compétences entre les experts et les citoyens. En créant des occasions d’apprentissage, d’éducation et d’information, le recours aux outils numériques ajoute une dimension nouvelle à la participation citoyenne. Ils révèlent, même à travers une certaine instantanéité, un savoir d’usage de plus en plus précieux. Force est de reconnaître que nous avons changé de paradigme et que les questions qui se posent ne sont plus celles de contrer les risques de dérive, de propagande ou de désinformation lors d’une consultation, mais plutôt celles de la mise à profit d’une énergie citoyenne effervescente qui est maintenant outillée pour proposer des contributions, intervenir dès les étapes de la conception des projets et même, ultimement, les cocréer. Ceci nous amène à voir autrement les séquences de consultation et à redéfinir la façon dont les informations ainsi obtenues nourrissent le rapport.

Autre fait nouveau, trois des mandats confiés à l’Office dans la dernière année ont fait l’objet de démarches citoyennes en vertu du droit d’initiative. Dans l’un des cas (retrait de la circulation de transit sur les voies Camillien-Houde et Remembrance), les requérants ont accepté de retirer leur demande et de faire confiance aux mécanismes de l’Office pour évaluer le projet pilote. Un mandat tout à fait nouveau pour nous.

Dans le second cas (Assomption-Sud/cité logistique) la règlementation en vigueur à l’époque - qui a été modifiée depuis - ne permettait pas le recours à l’Office, malgré un appel fort des citoyens. Le nouveau projet proposé à la consultation vient donc en sus des deux autres exercices déjà menés par l’arrondissement et pose un défi particulier au design de consultation. Le troisième cas est celui qui traite de la question du racisme et de la discrimination systémiques où près de 30 000 signatures papier ont été recueillies par les requérants. Alors que le conseil municipal vient de modifier le règlement du droit d’initiative pour permettre de recueillir des signatures électroniques, il faut s’attendre à une croissance importante de ce type de dossiers et de situations.

Finalement, il est important de noter que l’ensemble des expérimentations sur la participation sans exclusion et la levée des obstacles à la participation qui se sont faites à l’Office depuis quelques années ont pleinement donné leurs fruits en 2018. Il ne semble pas exagéré de dire que la diversification des moyens de consulter nous a permis d’atteindre un nouveau point de bascule en matière de participation. D’une moyenne de quelques dizaines de participations à notre fondation en 2002, on retrouve maintenant des milliers de participants qui font entendre leur voix à travers les divers outils proposés. Cette nouvelle norme crée des attentes énormes et entraîne des comparaisons entre les processus dans un univers où la participation des citoyens aux décisions s’avère être un enjeu à géométrie variable.

Permettre un débat public transparent sur nos mécanismes de consultation

Montréal a adopté sa première politique de consultation publique en 2004. Elle s’est dotée également, en janvier 2006, d’une Charte montréalaise des droits et responsabilités. Cette Charte a fait l’objet d’une révision en 2011 et il est prévu qu’elle fasse l’objet d’une consultation publique « de temps à autre » pour être mise à jour. De plus, l’adoption par le gouvernement du Québec du projet de loi 122 en juin 2017 impose aux municipalités qui veulent se soustraire aux référendums de se doter d’une politique de consultation publique conforme à la loi. Tous ces éléments ainsi que les évolutions présentées ci-haut font qu’il est temps, pour maintenir les ouvertures à la participation citoyenne, d’apporter des précisions sur les dispositifs de consultation des Montréalais, d’en harmoniser l’application et de mieux définir leurs finalités.

Le colloque de l’Institut des politiques alternatives de Montréal (IPAM) tenu à l’automne 2018 interpellait d’ailleurs les élus montréalais responsables de la démocratie participative sur le sujet et proposait notamment que soit élargi le mandat de l’OCPM pour qu’il puisse intervenir sur l’ensemble du territoire actuel de l’île de Montréal.

En outre, lors de différents forums, plusieurs intervenants ont suggéré que l’OCPM devrait avoir un rôle statutaire dans la gestion des dossiers touchant plusieurs arrondissements ou villes de l’agglomération ainsi que dans la gestion des ensembles emblématiques ou stratégiques (Vieux-Montréal, centre-ville, mont Royal, aires et sites protégés, politiques stratégiques, etc.).

Nous croyons fortement que pour que la démocratie participative prenne tout son sens, il faut que soit inscrite dans les législations habilitantes l’obligation de consultations publiques et que leur cadre soit mieux défini.

Dans le même ordre d’idées, l’OCPM a entendu plusieurs invitations faites au législateur à modifier sa loi pour que les diverses instances de l’île – outre le conseil municipal et le comité exécutif qui sont déjà autorisés à le faire – comme le conseil d’agglomération, les conseils d’arrondissements et les conseils municipaux des villes reconstituées, puissent nous mandater pour tenir toute consultation publique sur une matière relevant de leur compétence. Il nous semble que nous ne pouvons faire l’économie de tels débats.

Consolider notre rôle d’accompagnement

L’un des mandats de l’Office est de proposer des règles visant à encadrer la consultation publique, quel que soit l’intervenant municipal qui les réalise. Il y a deux ans, l’OCPM s’était donné le défi de jouer un rôle accru d’accompagnement et de personne-ressource auprès des arrondissements et des services afin d’améliorer les pratiques de démocratie participative. La centaine de fonctionnaires que nous avons formés à ce jour aux défis de la consultation montre bien que de plus en plus d’arrondissements sont soucieux d’impliquer leurs citoyens. Nous sommes également sollicités par davantage de services de la ville-centre pour les aider à élaborer des démarches participatives. De plus, ces activités de sensibilisation et de formation apparaissent dans de plus en plus de plans d’action. Pensons notamment au Plan d'action montréalais en itinérance 2018-2020 ainsi qu’à celui sur le développement social.

L’Office est heureux, lorsque les ressources le permettent, de poursuivre ce travail. Toutefois, si l’intention était, à court ou moyen terme, de pérenniser ce type de soutien, il faudrait penser à une autre organisation du travail, la ressource-conseil représentant un objet de travail particulier et demandant des compétences et des suivis spécifiques.

Faire du suivi des recommandations une étape intrinsèque de la consultation

En soutenant la participation citoyenne, nous sommes convaincus que nous aidons à développer le sentiment d’appartenance de tous les citoyens ainsi que leur désir de devenir une force agissante positive pour l’évolution de notre ville.

Dans notre rapport annuel 2008, nous soulignions la difficulté qu’éprouvent les citoyens à mesurer l’impact de leur participation aux consultations de l’Office en dehors des rapports publics de l’OCPM, ainsi que leur difficulté à retracer les gestes posés par l’administration après le dépôt des rapports.

Dix ans plus tard, cette question n’est toujours pas résolue. Pour assurer que la consultation soit à la fois juste, équitable et fructueuse pour tous les intéressés, il faut s’assurer que la rétroaction devienne un élément intrinsèque du processus de consultation. Pour le moment, le processus est plutôt aléatoire et varie selon les services ou les arrondissements concernés. Considérant l’importance des questions soumises à l’Office au cours des dernières années, le recours plus fréquent aux exercices d’amont et la popularité croissante des droits d’initiative, il est temps de se doter d’un mécanisme de réponse automatique aux recommandations des commissions. Comme nous le proposions en 2008, le mécanisme pourrait s’apparenter à ce qui est prévu dans le règlement encadrant le droit d’initiative ou à ce qui existe déjà pour les commissions permanentes du conseil municipal. En effet, lorsqu’une de ces commissions dépose un rapport, le comité exécutif dispose d’un délai pour informer le conseil municipal des suites qui seront données. Cette pratique pourrait inspirer une procédure s’appliquant aussi aux rapports de l’Office.

Au terme de cette année 2018, qui a marqué une augmentation du rythme de travail et une diversification des activités de l’Office, je tiens à réitérer notre intérêt et notre enthousiasme à mettre l’expertise développée par l’OCPM au service des Montréalais. En soutenant la participation citoyenne, nous sommes convaincus que nous aidons à développer le sentiment d’appartenance de tous les citoyens ainsi que leur désir de devenir une force agissante positive pour l’évolution de notre ville.

La présidente,

Dominique Ollivier

Créé par l’article 75 de la Charte de la Ville de Montréal, l’Office de consultation publique de Montréal a pour mission de réaliser des mandats de consultation publique relativement aux différentes compétences municipales en urbanisme et en aménagement du territoire, et à tout projet désigné par le conseil municipal ou le comité exécutif.

Organisme indépendant dont les membres ne sont ni des élus ni des employés municipaux, l’Office de consultation publique de Montréal, établi depuis septembre 2002, reçoit ses mandats du conseil municipal et du comité exécutif.

Activités

L’action de l’Office de consultation publique de Montréal se fait à la lumière de deux articles de la Charte de la Ville de Montréal, les articles 83 et 89. Il y est prévu que l’Office doit tenir des consultations sur des mandats qui lui sont donnés en fonction de critères stipulés à la Charte. On y mentionne aussi que l’Office doit faire la promotion des meilleures pratiques de consultation publique, notamment auprès des instances de la Ville. La Charte indique également que le conseil d’agglomération peut mandater l’Office pour tenir la consultation sur son territoire lorsqu’un projet visé par l’article 89 de la Charte fait partie d’une compétence d’agglomération.

Les mandats de modifications au Plan d’urbanisme et de règlementation sont généralement donnés en vertu de l’article 89, alors que l’examen de plans ou de politiques se fait en vertu de l’article 83. Cet article nous permet aussi de développer des partenariats ou d’offrir des conseils ou du soutien sur toute consultation menée par une instance de la Ville.

Un grand nombre de consultations se sont tenues en 2018, certaines étant des suites de dossiers entrepris en 2017. Il en a été ainsi de la consultation publique sur le projet de Plan directeur du parc Jean-Drapeau qui connaîtra sa conclusion en 2019. Cette consultation compte parmi celles qui auront été les plus importantes pour l’Office en termes de participation. Citoyens et organisations ont profité des nombreuses occasions qui ont été proposées pour exprimer une opinion quant aux enjeux actuels et futurs de ce lieu en vue de l’élaboration d’un plan d’aménagement et de développement 2019-2029 pour la Société du parc Jean-Drapeau. Des milliers de citoyens et un bon nombre d’organismes ont pris part aux activités de consultation, que ce soit en ligne ou en personne. Les activités ont pris diverses formes : assemblées publiques, questionnaires en ligne, présence de membres du personnel de l’Office sur le site à des événements pour prendre le pouls des usagers du Parc. Au total, cette consultation a recensé plus de 7 000 participations. Le rapport de la commission sera déposé au cours de l’hiver 2019.

Plusieurs des dossiers de consultation qui nous ont été confiés sont majeurs et complexes. Citons notamment celui sur la circulation de transit sur le mont Royal. Le mandat reçu comportait deux volets : une évaluation du projet pilote de retrait de la circulation de transit pour les véhicules particuliers sur la voie Camillien-Houde et le chemin Remembrance; l’élaboration d’une vision d’avenir pour ce chemin d’accès au parc du Mont-Royal.

Ce dossier est singulier à plusieurs égards. En premier lieu, le mandat nous a été donné dans un contexte où une démarche citoyenne était entamée en vertu du droit d’initiative. Les services du Greffe avaient annoncé la recevabilité de la demande du point de vue des citoyens lorsque l’Office a été mandaté. Un des premiers gestes posés a été de rencontrer les requérants afin de leur faire valoir la démarche et la procédure qui sont celles de l’Office dans un tel dossier. C’est dans ce contexte que les requérants ont mis en veilleuse leur démarche pour participer à la consultation qui s’amorçait. L’autre élément singulier de cette consultation est qu’elle portait sur un processus d’évaluation et qu’elle se déroulait avant, pendant et après le projet pilote. C’est une situation nouvelle pour l’Office.

De nombreuses activités se sont tenues tout au long du projet pilote, certaines sur le site même, d’autres prenant la forme d’ateliers de discussions dans les arrondissements voisins de la montagne; une rencontre se tenant aussi, exceptionnellement, pour les citoyens de la Ville de Westmount. Des outils numériques ont aussi été utilisés, notamment des questionnaires ainsi qu’une plateforme de consultation en ligne. Ces moyens de participer à la consultation ont été très prisés. Les questionnaires ont été remplis par 6 715 personnes, alors que la plateforme de consultation en ligne a donné lieu à la création de 2 210 profils générant plus de 4 000 interventions (votes ou arguments) sur les 20 propositions mises de l’avant par la Ville, ou encore sur les 103 nouvelles propositions faites par les citoyens. Lors de la période d’audition des opinions, la commission a reçu plus de 680 opinions orales ou écrites. Tandis que les opinions exprimées en ligne approchaient les 1 200. En tout, on compte plus de 13 000 participations à cette consultation dont le rapport sera déposé au printemps 2019. Cela fait de cet exercice de consultation celui qui a permis la plus grande participation citoyenne dans l’histoire de l’Office.

En tout, on compte plus de 13 000 participations à cette consultation dont le rapport sera déposé au printemps 2019. Cela fait de cet exercice de consultation celui qui a permis la plus grande participation citoyenne dans l’histoire de l’Office.

Nous avons aussi réalisé des mandats d’exercice de planification de certains secteurs, dont deux principalement. Un dossier portait sur la création d’un grand parc-nature dans le secteur Turcot et la falaise Saint-Jacques, et l’autre sur un projet de réaménagement de l’avenue McGill College au centre-ville.

Dans le cas du parc-nature, la commission a tenu une séance d’information suivie de quatre ateliers créatifs. Ces ateliers ont permis l’élaboration d’une dizaine de scénarios d’aménagement conçus par les citoyens. Ces propositions ont fait l’objet d’une présentation lors d’une soirée synthèse de la consultation. Par la suite, l’étape d’audition des opinions a permis le dépôt d’une soixantaine de contributions citoyennes. Finalement, un questionnaire en ligne et la possibilité de déposer des mini-mémoires en ligne a permis la contribution de plus de 600 autres citoyens et groupes. Au total, c’est plus de 1 500 participations pour cette consultation dont le rapport sera déposé au cours de l’hiver 2019.

Pour ce qui est du projet de réaménagement de l’avenue McGill College, la consultation a pris plusieurs formes. Débutant par deux soirées d’information, la première présentait les intentions de la Ville, alors que la deuxième proposait des présentations complémentaires. L’Office a aussi organisé une série d’activités d’animation in situ en fermant une partie de la rue. De plus, l’Office a été présent avec une maquette et du matériel d’animation à l’intérieur du hall d’entrée de plusieurs édifices de bureaux se trouvant sur cette avenue et aux environs. Cette présence sur le site visait à recueillir l’opinion des premiers utilisateurs de l’avenue McGill College, à savoir les personnes qui travaillent dans les tours à bureaux bordant l’avenue. Ces activités ont permis de joindre une gamme étendue de personnes concernées. En tout, c’est près de 1 500 participations qui ont été compilées pour cette consultation, dont les deux tiers ont été faits en ligne, soit en y visionnant les séances d’information, en répondant au questionnaire en ligne, ou encore en contribuant une opinion en ligne sur le site de l’Office. Le rapport a été déposé en février 2019.

Certains mandats reçus en 2018 ne feront l’objet d’activités de consultation qu’en 2019, quoique du travail de préparation pour ces dossiers ait été réalisé cette année. C’est le cas de la démarche d’amont qui mènera à l’adoption d’un Programme particulier d’urbanisme (PPU) dans le secteur des Faubourgs de l’arrondissement de Ville-Marie. C’est une consultation qui se fait sur un vaste territoire de l’arrondissement de Ville-Marie aux problématiques multiples. En effet, le territoire faisant l’objet de la consultation s’étend de la rue Saint-Hubert à l’ouest, à la rue Fullum à l’est, et de la rue Sherbrooke au nord jusqu’au fleuve. Il y a là des secteurs déjà très densément bâtis, mais aussi des secteurs à redévelopper comme celui de l’usine Molson/Coors, le site de Radio-Canada ou celui de la porte Sainte-Marie. L’essentiel de la consultation se tiendra dans la première moitié de 2019.

Le dossier de la consultation sur le secteur de Lachine-Est connaît un cheminement semblable. Il s’agit là aussi d’un vaste secteur, mais qui est presque complètement à développer, un des derniers à proximité du centre-ville. Là aussi, les activités de consultation publique se tiendront dans la première moitié de 2019.

C’est également le cas de la vaste consultation à venir sur le racisme et la discrimination systémiques, issue d’un droit d’initiative ayant abouti au cours de l’été. Dans ce cas, une préconsultation auprès de 16 des 19 arrondissements a eu lieu au cours des derniers mois de 2018. Cet exercice a permis à la commission de rencontrer des cadres et employés de la Ville, mais aussi des partenaires du milieu. Un certain nombre de thématiques ont été abordées lors de ces rencontres, notons, parmi d’autres, les questions de gouvernance, de développement social, de lutte à la pauvreté, de logement et d’emploi. L’essentiel de la consultation se tiendra dans la première moitié de l’année qui vient.

La situation est un peu différente dans le cas de l’exercice de consultation pour le secteur de l’Assomption-Sud, alors que le mandat reçu a été abrogé en cours d’année pour être remplacé par une autre version en cours d’été. Les services de la Ville responsables du dossier nous ont transmis le document de base devant lancer la consultation en janvier 2019.

Tous ont salué le legs exceptionnel à la communauté consenti par les Sœurs et accueilli assez favorablement le projet.

Finalement, nous n’avons reçu qu’un seul mandat règlementaire cette année en vertu de l’article 89 de la Charte. Il s’agissait d’un projet de requalification et de reconversion de la Maison mère des Sœurs de Sainte-Anne dans l’arrondissement de Lachine. Le projet soumis à la consultation prévoyait la construction d’une nouvelle résidence pour les Sœurs sur le site. Les bâtiments existants seraient, quant à eux, prolongés par une nouvelle aile. La hauteur de ces deux nouvelles constructions ne dépasserait pas celle des bâtiments actuels. Environ 450 unités résidentielles seraient réalisées, dont 150 pour les Sœurs et 240 destinées à des personnes âgées de plus de 75 ans ou en perte d’autonomie. Il est aussi prévu de conserver et réhabiliter la Maison du Chapelain, de transformer la Chapelle en salle multifonctionnelle accessible au public, d’agrandir le stationnement longeant la rue Esther-Blondin, de créer des espaces à bureaux, de maintenir et mettre en valeur les espaces verts existants, et de réaliser un parc public sur le site.

La consultation publique a porté sur un projet de règlement autorisant la démolition, la construction, la transformation, et l’occupation de bâtiments à des fins d’habitation sur le terrain de la Maison mère des Sœurs de Sainte-Anne. Ce projet dérogeait à plusieurs aspects du règlement de zonage de l’arrondissement de Lachine, notamment en ce qui a trait au nombre d’étages maximum et au ratio de stationnement.

Plus de 200 personnes ont assisté ou participé aux séances d’information et d’audition des opinions. La séance d’information a été intégralement webdiffusée et suivie par plus de 500 personnes, en direct ou en différé, en plus des personnes présentes dans la salle. La commission a reçu 16 contributions écrites, dont 9 ont également été présentées à l’oral, ainsi qu’une intervention orale sans dépôt de mémoire.

Tous ont salué le legs exceptionnel à la communauté consenti par les Sœurs et accueilli assez favorablement le projet. Les participants ont néanmoins émis des réserves sur certains aspects du projet, pointé des enjeux importants et proposé des modifications.

Tout en recommandant d’accueillir favorablement le projet, la commission estime que plusieurs modifications au projet de règlement sont nécessaires afin, notamment, de protéger ce patrimoine important, d’assurer le respect de l’intention de la Congrégation, de favoriser les liens du projet avec son milieu, particulièrement son interface avec le secteur assez précaire et enclavé de Duff Court, et d’augmenter sa viabilité financière en examinant des hypothèses de densification du site. Ces modifications sont essentielles, selon elle, pour répondre aux enjeux soulevés durant la consultation et pour améliorer la qualité de vie de l’ensemble du secteur.

Au total cette année, nous cumulons donc plus de 24 000 participations à l’une ou l’autre des activités de l’Office, soit en étant présents lors des consultations, soit en posant des questions, déposant des mémoires ou en participant au moyen des outils numériques dont l’Office fait de plus en plus usage.

Aussi, l’Office a organisé et tenu un certain nombre d’événements comme des formations à la consultation publique qui s’adressaient à des fonctionnaires professionnels tant d’arrondissements que des services centraux. Ces formations ont été dispensées dans le cadre des activités du Comité mixte de développement professionnel, le CMDP, sous la responsabilité conjointe du syndicat des professionnels et professionnelles et de la Direction des ressources humaines. Une soixantaine de participants ont pu bénéficier de cette formation. Nous avons entrepris un cycle de formation à la consultation publique à l’intention des élus, comme nous le faisons après chaque élection générale. Une première session s’est tenue en décembre 2018 en collaboration avec le bureau de l’Ombudsman, et deux autres ont eu lieu en février 2019.

L’Office a aussi poursuivi sa participation à une opération de promotion des pratiques de consultation de la Ville, organisée par le Bureau de la présidence du conseil municipal. Cette activité, connue sous le nom de « Caravane de la démocratie », permet aux citoyens d’un quartier de prendre connaissance des mécanismes de consultation publique de la Ville et d’échanger avec les responsables. En plus de l’Office, la caravane comprend plusieurs autres intervenants, notamment l’Ombudsman, les conseils consultatifs et les commissions du conseil.

En terminant, il faut signaler qu’un mandat demeure en suspens; il porte sur la tenue d’une consultation sur le rapport du comité interministériel sur l’usage des édifices excédentaires des centres hospitaliers universitaires des universités de Montréal (CHUM) et McGill (CUSM). En l’absence du document devant faire l’objet de la consultation, aucune action n’a été réalisée relativement à ce mandat. Ce mandat a été confié à l’Office par le comité exécutif en septembre 2013.

Communications

L’année 2018 en aura été une de démarches atypiques et de grands succès de participation. Si la hausse spectaculaire de la participation est attribuable à la multiplication des moyens de participer en ligne, il est aussi clairement apparu que l’augmentation de la participation en ligne contribuait à l’augmentation de la participation en personne. La participation en ligne favorisant aussi la captation de courriels, l’Office a vu sa liste de diffusion doubler en une année, atteignant près de 6 000 personnes inscrites à nos infolettres.

2018 nous aura livré son lot de mandats de consultation atypiques et inédits, exigeant de concocter des stratégies de communication différentes. Afin de déployer deux grandes consultations métropolitaines qui se démarquaient par leur durée, nous avons développé des stratégies qui avaient comme objectif de maintenir l’engagement dans le temps.

Alors que les démarches de consultation avaient été élaborées afin de créer une synergie entre les événements en personne et les outils en ligne, elles se devaient d’être portées par des campagnes d’information et de rétroaction soutenues. Pour ce faire, des listes de personnes intéressées ont été constituées au démarrage de ces démarches, par l’utilisation de différentes méthodes. Ces personnes ont, par la suite, reçu des invitations à participer aux différentes phases de la consultation, en plus de recevoir régulièrement des mises à jour de l’information disponible.

Lors de consultations plus traditionnelles (moins d’étapes, plus circonscrites dans le temps) c’est généralement les réseaux sociaux qui sont les canaux de communication principaux afin de trouver les citoyens intéressés par les enjeux, les informer de la consultation et les inciter à participer. Les réseaux sociaux nous permettent de joindre les citoyens directement, de créer de l’engagement et de leur suggérer des actions à court terme : assister à un événement, contribuer en ligne, etc.

Cette année, la nature des mandats et surtout leur durée nous ont forcés à élaborer des stratégies plus complexes. D’abord, pour des raisons de coûts, nous avons réservé la publicité pour les actions directes (réserver sa place à un événement, répondre à un questionnaire en ligne, etc.), ainsi que pour le ciblage de nouvelles personnes intéressées, privilégiant la diffusion d’infolettres régulières (courriels) afin d’informer en continu sur l’évolution du dossier et de maintenir l’engagement des citoyens intéressés.

La complexité des dossiers traités, ainsi que le développement des meilleures pratiques quant à l’utilisation de questionnaires en ligne en complément aux activités de consultation plus traditionnelles, nous ont amenés à développer des questionnaires plus courts, aux sujets mieux cernés. Nos démarches de 2018 ont donc compté un plus grand nombre de courts questionnaires thématiques disséminés à différents moments de la démarche. La consultation sur l’avenir du parc Jean-Drapeau, par exemple, en proposait cinq : un questionnaire d’introduction, puis quatre questionnaires thématiques. Le raffinement de nos méthodes, meilleures pratiques dont nous nous inspirons et auxquelles nous contribuons par les différentes itérations de nos propres stratégies, nous permet d’obtenir des taux de complétion très souvent au-dessus de 95 %. Avec ce type de questionnaire, c’est généralement un répondant sur deux qui accepte de recevoir nos infolettres à la suite de sa participation.

En 2018, l’Office a aussi publié un avis public dans un quotidien et a émis 16 communiqués de presse ou invitations aux médias. Aussi, pour chacune des consultations publiques, une campagne publicitaire sur Facebook a été réalisée. En plus des avis, l’Office envoie, selon le cas, des invitations directes à des citoyens et à des organismes concernés par le projet de consultation en cours. Généralement, l’Office distribue un dépliant d’information annonçant la consultation à la population concernée par un projet donné. Selon les consultations, cette distribution peut couvrir de 1 500 à 68 000 foyers. L’an dernier, c’est plus de 70 000 dépliants qui ont été distribués dans les secteurs voisins des projets faisant l’objet d’une consultation. Des dépliants et des affiches ont également été distribués à des organismes concernés et des affiches ont été posées sur les sites du parc Jean-Drapeau ainsi que sur le mont Royal.

L’Office fait une utilisation soutenue des réseaux sociaux pour promouvoir ses activités auprès des Montréalais. Nous faisons un usage régulier de Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, YouTube et Flickr.

Par ailleurs, c’est toujours Facebook qui demeure notre communauté la plus dynamique et le canal le plus efficace pour interagir avec les Montréalais, les informer et susciter leur participation. Les outils publicitaires qu’il propose, incluant les publicités sur Instagram, nous permettent de cibler avec précision les citoyens concernés par nos consultations. Nous avons terminé 2018 avec 9 251 abonnés à notre page Facebook et c’est près de 25 000 personnes qui ont interagi avec notre page cette année, alors que la portée totale de nos publications se situe à plus de 732 000, c’est-à-dire le nombre de personnes qui ont vu l’un ou l’autre des contenus associés à notre page (les deux dernières statistiques compilent les utilisateurs uniques/jour).

La webdiffusion complète des séances d’information : une nouveauté qui a suscité une vague de satisfaction

Cette année, nous avons fait le choix d’une diffusion professionnelle qui permet la transmission des séances d’information, incluant la période de questions du public, sur Facebook, sur le site de l’Office et depuis la fin de l’année, sur Twitter/Périscope. Nous diffusions toutes les présentations faites en séance d’information depuis 2017, mais plusieurs citoyens demandaient que l’on transmette aussi les périodes de questions. Nous avons d’ailleurs reçu beaucoup de témoignages de satisfaction de la part des Montréalais à ce sujet. Notre expérience étant maintenant mieux établie, nous constatons que la possibilité de suivre les séances en ligne, plutôt que de vider les salles (c’était une inquiétude pour plusieurs), contribue à mobiliser plus de gens. Pour 2018, les statistiques des visionnements sont parlantes; les événements ont presque tous fait salle comble. S'il demeure nécessaire de venir aux séances en personne pour participer aux échanges, l’écoute des soirées d’information, en direct ou en différé, permet clairement d'informer un plus grand nombre de citoyens. En effet, pour 2018, nous comptons 4 369 visionnements, en direct ou en différé, de vidéos en provenance de nos séances d’informations (contre 2 077 en 2017). Il est aussi possible de consulter les archives vidéo de ces présentations sur Facebook et sur notre chaîne YouTube.

Site Internet

Cette année, le site web de l’Office a poursuivi sa croissance au rythme soutenu des consultations. Ainsi, la fréquentation du site et la masse documentaire n’ont cessé de croître. C’est plus de 45 000 visiteurs qui ont consulté les pages du site avec une grande majorité (environ 84 %) de nouveaux visiteurs sur notre plateforme.

Avec la diversification des méthodes de consultation, l’Office a pris le parti de transformer la présentation de son message et de ses activités lorsque les mandats exigeaient une démarche plus complexe.

Par exemple, la consultation publique sur l’avenir du parc Jean-Drapeau a fait l’objet d’un traitement particulier sur le web. Pour présenter l’information de façon claire et concise, l’Office a développé le site parcjeandrapeau2028.com, un site où l’information et la démarche de la consultation se retrouvent présentées de façon attrayante et illustrée, en une seule page. Ce site a été consulté par près de 2 350 utilisateurs depuis sa mise en fonction.

Dans le cas de la consultation sur les voies d’accès au mont Royal, nous avons fait appel à une plateforme collaborative propulsée par Cap Collectif pour supporter la discussion entre les participants et l’élaboration des opinions. C’est plus de 2 200 profils qui y ont été créés et plus de 4 000 contributions recueillies. Le site acces-mont-royal.com qui donnait accès à la plateforme de consultation en ligne a été visité par près de 9 500 utilisateurs uniques pendant l’année. C’était pour l’OCPM la deuxième utilisation de l’outil participatif de Cap Collectif, la première avait été lors de la consultation sur la réduction de la dépendance des Montréalais aux énergies fossiles en 2015-2016. Le grand avantage de ce type d’outil collaboratif est qu’il permet des interactions directes entre les citoyens et que l’évolution du débat y est tout à fait transparente, en temps réel, ce qui, dans des contextes tendus, permet de consolider la confiance des participants envers le processus.

Cette année, la possibilité de donner son opinion en ligne lors de la phase d’audition des opinions a aussi été étendue à l’ensemble des consultations. De nouvelles fonctionnalités du site ont été développées afin de faciliter la mise en ligne des formulaires thématiques et la publication des contributions.

Nous avons terminé l’année par le lancement d’un deuxième site dédié, faubourgs.ocpm.qc.ca, pour entamer la consultation sur le secteur des Faubourgs. Si le site reprend le modèle élaboré pour la consultation sur l’avenir du parc Jean-Drapeau, il inclut une carte interactive originale qui présente 13 secteurs pour lesquels il est possible de consulter une fiche détaillée préparée par l’arrondissement.

Enfin, l’Office poursuit ses efforts pour améliorer l’accessibilité de ses outils web, leur convivialité et leur capacité à s’adapter aux différents appareils mobiles. En 2018, les travaux préparatoires de la nouvelle version du site officiel ont été entamés avec pour objectif une mise en ligne d’une nouvelle version au cours de l’année 2019.

Décompte des participations 2018

(Faites défiler horizontalement pour voir le contenu)

Participation 2018 Traditionnelle
(en personne +dépôt de mémoire)
En ligne Totale
Soeurs de Sainte-Anne 201 632 833
Parc Jean-Drapeau 1 716 5 409 7 125
Voies d'accès au Mont Royal 1 555 11 641 13 196
Parc-Nature Turcot 375 1 149 1 524
McGill College 391 1 105 1 496
Racisme et discrimination systémiques 315 0 315
Total 4 553 19 936 24 489
2018
EN CHIFFRES
Plus de
24 450
Participations à une activité de consultation
en personne ou en ligne
2 225
opinions présentées aux commissions
orales et écrites, exprimées sur notre site ou par dépôt de mémoire
45 000
visiteurs du site
Internet
visiteurs du site Internet
4 369
visionnements en direct ou en différé des webdiffusions des séances d’information
Plus de
6 000
citoyens ou
organismes
abonnés à nos
infolettres
citoyens ou organismes abonnés à nos infolettres

Rayonnement

Depuis sa mise sur pied en 2002, l’Office a eu l’occasion de développer un réseau de contacts auprès d’organismes ayant des missions semblables à la sienne. Ces contacts ont contribué à améliorer les façons de faire de l’OCPM. Les activités extérieures de l’Office favorisent la diffusion du savoir-faire, la mise en valeur et le partage des expériences montréalaises.

Localement et au Québec, et tout au long de l’année, l’Office est appelé à présenter son rôle et ses activités à différents groupes. En tout premier lieu, à la Commission de la présidence du conseil municipal, devant laquelle la présidente de l’Office présente le bilan des activités et échange avec les membres de la commission sur les travaux de l’OCPM et les orientations à venir. Des rencontres ont aussi cours avec une grande variété de groupes : étudiants, groupes de citoyens intéressés à la consultation publique, et ce, dans plusieurs arrondissements et avec des groupes de l’extérieur, comme l’accueil d’une délégation de la mairie de Chambéry en France.

À signaler dans cette catégorie, la présence de notre présidente comme conférencière d’honneur du Forum sur l’acceptabilité sociale organisée à Québec par le groupe « votepour.ca », un organisme citoyen. Elle a aussi participé à un panel lors de ce même événement.

Citons également une demi-journée de formation donnée par la présidente sur la communication et la lutte contre l’exclusion devant le personnel et les commissaires du BAPE et à la même occasion, une rencontre avec les responsables de la consultation publique à la Ville de Québec.

À noter aussi, la participation de l’Office et de la présidente aux Deuxièmes rencontres nationales de la participation à Lille en France. Elle y a participé à un atelier organisé par l’Observatoire international de la démocratie participative (OIDP) présentant les meilleures pratiques de l’Office. Par ailleurs, ce déplacement a permis des rencontres avec nos partenaires de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et avec la mairie de Loos-en-Gohelle, une commune du nord de la France qui s’est dotée de pratiques de participation citoyenne particulièrement innovantes. Notre collaboration avec l’OCDE s’est poursuivie cette année par la participation de la présidente à une mission en Jordanie et en Égypte, et une autre au Maroc.

Une visite et des rencontres de la présidente avec les responsables de ENDA-Afrique ont eu lieu à Dakar et ont porté sur les avancées de la participation citoyenne en Afrique. Ces échanges ont eu cours dans le cadre de la rencontre des directeurs d’ENDA pour l’Afrique de l’Ouest. ENDA est aussi le siège régional africain de l’Observatoire international de la démocratie participative dont l’Office est membre. L’Office entretient des contacts avec ENDA-Afrique et son directeur, M. Bachir Kanouté, depuis plusieurs années.

À l’hiver nous avons reçu la visite de M. Frédéric Janssens, secrétaire général du Parlement wallon. Cette rencontre a eu des suites dans les mois qui ont suivi. En effet, la présidente de l’Office a été invitée à participer à un panel tenu au Parlement de Wallonie à Namur dans le cadre d’une rencontre de l’association des parlements régionaux d’Europe. Cette association regroupe soixante-treize parlements régionaux dans toute l’Europe.

2018 a été une année de contacts soutenus avec le monde municipal d’Haïti. En premier lieu, au mois de mars, le secrétaire général a fait une présentation de l’Office à une délégation d’élus haïtiens en visite au Canada dans le cadre du Programme de coopération municipale mis en œuvre par la Fédération canadienne des municipalités (FCM), l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et la Ville de Montréal. Cette mission avait pour objectif d’offrir aux participants et participantes des opportunités d’apprentissage quant à l’approche canadienne et, particulièrement, québécoise en matière de leadership et de bonne gouvernance.

Par la suite, nous avons reçu la visite de M. Emmanuel Mareus, responsable de la communication de la Communauté des municipalités de la Région des Palmes. Cette rencontre a finalement donné lieu à une mission de formation en Haïti d’un collaborateur de l’Office, M. Guy Grenier, toujours dans le cadre du Programme de coopération FCM, UMQ et Ville de Montréal. Les participants à cette formation étaient des agents de communication et des groupes de la société civile; la formation portait sur les bonnes pratiques en matière de consultation publique et de participation citoyenne.

Nous avons accueilli dans nos locaux une consultation citoyenne organisée par le consulat général de France à Montréal dans le cadre de la vaste consultation du président Macron sur Refonder l’Europe. La consultation s’est inspirée des outils que nous avions développés dans le cadre de Vert Montréal.

Un autre accueil, différent celui-là, de Monsieur Roberto Maia, directeur du bureau de coordination de la promotion des droits des LGBT+ et de l’égalité raciale de la Ville de Joao Pessoa, Paraiba, Brésil. C’est dans le cadre de notre thème de la participation sans exclusion que nous avons échangé avec Monsieur Maia et que nous avons organisé des rencontres avec les responsables de ces dossiers à la Ville de Montréal, mais aussi avec les principaux organismes de la communauté LGBT+ de Montréal.

Nous avons poursuivi cette année une importante collaboration à un projet initié par Concertation Montréal. Il s’agit de MTElles. En partenariat avec la « Coalition montréalaise des Tables de quartier » et « Relais-femmes », MTElles soutient l’instauration de pratiques innovantes au sein des conseils d’arrondissements, des conseils de ville (agglomération de Montréal), des instances consultatives montréalaises et des tables de quartier. L’objectif est de favoriser la participation égalitaire à la vie démocratique et communautaire des femmes d’origines diverses et issues de tous les milieux socio-économiques. Initié en 2017, c’est une démarche qui se poursuivra au cours des prochaines années.

L’Office assure aussi une présence dans différents forums internationaux qui s’intéressent aux questions de démocratie participative. Le principal de ces forums est l’Observatoire international de la démocratie participative, l’OIDP. L’Office est membre de ce réseau depuis de nombreuses années. En 2018, l’Office a participé à la dix-huitième édition de cette conférence à Barcelone. Cela a été l’occasion de lancer les Actes de la dix-septième édition qui s’était tenue à Montréal en juin 2017. L’Office était aussi responsable d’un atelier avec un panel portant sur la participation sans exclusion. À cette occasion, la présidente a présenté les principales avancées de l’OCPM à cet égard. Participaient aussi au panel, notre collègue de Joao Pessoa que nous avons reçu cette année, monsieur Roberto Maia, qui a fait le portrait des actions menées par sa ville pour contrer l’exclusion des populations LGBT+, ainsi que Monsieur Sébastien Keiff, spécialiste dans l’élaboration de systèmes d’observation et d’animation territoriaux coconstruits. Depuis 2008, il a intégré la Mission Agenda 21 du Conseil départemental de la Gironde en tant que chargé de la participation citoyenne et de l’évaluation des politiques publiques. Il est aussi membre du réseau Together International, et dynamiseur SPIRAL : démarche ascendante de construction de programmes de coresponsabilité pour le bien-être de tous. Le panel était brillamment animé par Madame Danaé Moyano Rodriguez de la Commission nationale du débat public, la CNDP.

Finalement, en plus de faire partie d’un panel pendant la Conférence de l’OIDP où il présentait l’Office, le secrétaire général de l’Office a participé à « Ciudades Democraticas », une conférence tenue à Madrid qui mettait l’accent sur les possibilités qu’offrent les technologies pour favoriser la participation citoyenne.

Budget

Voici la répartition des dépenses par grande famille.

(Faites défiler horizontalement pour voir le contenu)

2018
Rémunération 870 000 $
Avantages sociaux 140 000 $
Transports et communications 130 000 $
Services professionnels et administratifs 950 000 $
Location et entretien 340 000 $
Biens non durables 40 000 $
Total 2 470 000 $

Conformément à la Charte de la Ville de Montréal, le conseil municipal met à la disposition de l’Office les sommes nécessaires à la réalisation de son mandat. En vertu des articles 83 et 89 de la Charte, l’Office est tenu de mener toutes les consultations qui lui sont demandées par le comité exécutif ou le conseil municipal. Les états financiers de l’Office sont vérifiés par le bureau du vérificateur général de la Ville et sont présentés au conseil municipal.

En 2018, le nombre de mandats reçus et le niveau des diverses activités de l’Office ont fait en sorte que les sommes affectées en début d’année dans le cadre du budget annuel de la Ville se sont avérées insuffisantes pour réaliser tous les mandats. En conséquence, le comité exécutif a accordé à l’Office des crédits additionnels de 650K, tel que le prévoit l’article 82 de la Charte de la Ville de Montréal. C’est la deuxième fois depuis 2013 que des crédits additionnels sont requis en cours d’année, mais la sixième fois dans l’histoire de l’Office. Cependant, un certain nombre de projets de consultation n’ont pas été entrepris en 2018 à cause de retards dans la production de documents de base par la Ville. En conséquence, une portion importante des crédits supplémentaires n’a pas été utilisée.

Liste des employés et collaborateurs

Production

Coordination de la rédaction

Luc Doray

Collaboration à la rédaction

  • Louis-Alexandre Cazal
  • Luc Doray
  • Anik Pouliot
  • Gilles Vézina

Révision

Lizon Levesque

Traduction

Joanne Gibbs

Photographies

  • Josée Lecompte
  • Frédéric Tougas
  • Sylvie Trépanier

Conception graphique

Sextans

Employés

  • Brunelle-Amélie Bourque
  • Louis-Alexandre Cazal
  • Luc Doray
  • Élisabeth Doyon
  • Lizon Levesque
  • Élise Naud
  • Faustin Nsabimana
  • Anik Pouliot
  • Gilles Vézina

Collaborateurs

  • Matthieu Bardin
  • Estelle Beaudry
  • Alain Benoit
  • Juliano Bosa
  • Hadrien Chénier-Marais
  • Joanne Gibbs
  • Pierre Goyer
  • Guy Grenier
  • Laurent Maurice Lafontant
  • Marc-André Lapointe
  • Marilena Liguori
  • Haru Greco-Lio
  • Christelle Lollier-Théberge
  • Patrick Marais
  • Denise Mumporeze
  • Caio Pâques Lucon
  • Olivier Rinfret
  • Vincent Roy
  • Joseph Tchinda Kenfo
  • Marie-Odile Trépanier
  • Guillaume Turgeon
  • Nicole Uwimana
  • Akos Verboczy
  • Stéfanie Wells
  • Mohamed-Ali Yanouri